vendredi 27 janvier 2012

Yvon Taillandier

Du 3 février au 24 Mars

Exposition rétrospective

 

Si le terme d'immédiateté de l'art convient à un peintre, c'est bien à Yvon Taillandier. Sespeintures pourraient être l'œuvre d'un fou ou d'un enfant, car elles sont radicalement figuratives et démentes par excès de logique. Taillandier peint des choses (machines, trains, autos, bateaux) et surtout des corps humains (un enfant dirait des bonhommes). Ceux-ci peuplent le monde imaginaire du peintre, le « Taillandier-Land », un monde où tout est possible : on y rencontre des centaures et des femmes aux poitrines multiples (les « polymastes »), et toutes sortes d'êtres à l'anatomie fantaisiste. Dans le Taillandier-Land, l'homme peut fusionner avec la machine, le voyageur se transformant en voiture, en train ou en bateau. Mais surtout il n'y a plus d'individu, les taillandier-landais se partageant des bras, des jambes et des corps. C'est une utopie totale qui nie les contingences de notre pauvre réalité.
Yvon Taillandier dit de ses « dessins [qu'ils] sont une contemplation des différentes étapes de l’existence. Un culte rendu à la vie, à son mouvement »

 

taillandierartension copy

Posté par CACRF à 11:28 - Permalien [#]


vendredi 23 septembre 2011

Artistes aborigènes autraliens

du 30 septembre au 19 novembre 2011

Exposition de peintures

 

Au cours des années 1970, les communautés aborigènes vont être amenées à découvrir et à utiliser de nouvelles techniques : toiles et peintures acryliques font leur apparition sur les territoires du désert central australien.

Marc Yvonnou, spécialiste de la peinture aborigène contemporaine explique le développement de cet art de la façon suivante : « Les motifs de peintures faits sur le sol, sur les corps, toujours éphémères, sur les objets sacrés, sont transposés sur des panneaux mais les initiés, seuls autorisés à peindre, synthétisent leurs connaissances spatiales et mythico historiques en deux dimensions seulement. L’artiste ne dessine pas le paysage, il le décrit ou plus exactement il raconte sa formation et ses transformations par les Ancêtres. Les symboles utilisés par les initiés résument tout, la terre, le paysage, les gens, les éléments, le monde sacré du Rêve et leurs interactions. Entre écriture et symbole, un nouveau répertoire de signes donne vie à un mouvement pictural dont l’importance ne fait que croître. Bien qu’il faille attendre le milieu des années 1980 pour que l’art aborigène commence à s’imposer au grand public, la richesse et la beauté de leur héritage culturel permet rapidement aux artistes de gagner leur vie et donc une certaine indépendance vis-à-vis du gouvernement central australien. »

 

nouveau carton invitation_recto

 

Posté par CACRF à 11:45 - Permalien [#]

mercredi 22 juin 2011

Jean-Paul CHAMBAS

du 24 juin au 17 septembre 2011

exposition de peintures et dessins


Né en 1947 à Vic-Fezensac (Gers), Jean-Paul Chambas a choisi la peinture à l'âge de 20 ans. Il vit et travaille désormais à Paris.

Peintre, membre du groupe de la figuration narrative, il expose au Salon de la Jeune Peinture de 1968 à 1971, puis au Musée d'Art Moderne de la ville de Paris et au centre Georges Pompidou. Depuis, son travail a été présenté dans de nombreuses galeries, tant en france qu'à l'étranger.

Cette exposition rétrospectiveaccueille une quarantaine de toiles de grand format de Jean-Paul Chambas et s'accompagne durant l'été d'une exposition itinérante.

L'exposition itinérante, réalisée avec l'aide de la Commnunauté d'agglomération du Marsan, a pour thème l'atelier de l'artiste. Elle sera l'occasion pour les visiteurs de découvrir des dessins, croquis et esquisses représentatifs de l'univers du peintre. A voir à Uchacq et Parentis du 1er au 20 juillet puis à Bougue du 22 juillet au 14 août 2011.

 

chambasNB

 

 

Posté par CACRF à 12:07 - Permalien [#]

jeudi 31 mars 2011

Ben Ami Koller

du 8 avril au 28 mai 2011

exposition de peintures et de dessins

 

Ben-Ami Koller est avant tout dessinateur. Sa passion est le corps humain. Dés 1974 et pendant prés de 30 ans il fouille les corps, les visages à la mine de plomb, à la pointe d'argent, à la pierre noire. Ben Ami donne à ses dessins une force expressive qui les font rechercher par de nombreux collectionneurs institutionnels et particuliers.

Il passe par l'abstraction et la couleur puis revient au noir et blanc et au corps humain.La période abstraite fut une étape pour traduire un bouillonnement intérieur, la nécessité d’une recherche picturale autre que le dessin devenu trop «évident», ne pouvant à un moment, ne s’exprimer que dans la répétition.

Mais Ben Ami ne peut se résoudre à abandonner la figure humaine. Ce retour au corps, au modèle, au sujet, à l’objet de toute sa fascination, le sexe féminin n’est en rien un désaveu des formes précédentes, mais une transformation en succession d’expressions, d’interprétations de mémoire vive.

Puis dans la dernière période de son œuvre Ben Ami plonge dans l'histoire de sa famille dont beaucoup de ses membres ont été déportés et sont morts en camps de concentration. Ses peintures restent charnelles, il peint en noir et blanc essentiellement des corps souffrants avec une économie de moyens picturaux pour dire l'essentiel : le réel de notre condition humaine dans ce qu’elle a de plus tragique, quand elle est marquée par la barbarie.

 

photo_retravaillee

 

 

Posté par CACRF à 12:36 - Permalien [#]

vendredi 21 janvier 2011

Alain BERGEON et Robert KERAMSI

Du 4 février au 26 mars 2011

Exposition de peintures et de sculptures

invit_copy__Mail
Alain BERGEON
Dans ses peintures comme dans ses encres, Alain Bergeon aborde l'être humain avec une profonde humanité. Il a l'art de faire transparaitre toute une gamme  de sentiments et d'émotions qui rendent le souffle de ses êtres presque palpable. Le contour des personnages, à la fois très marqué et épuré, les jeux de matières, la vibration des couleurs et la lumière, tout concourt à donner vie à ses toiles.

Robert KERAMSI

Lorsqu'il découvre la sculpture à l'age de 23 ans, Robert Kéramsi sait ce qu'il fera de sa vie, il sera sculpteur. Faites de ciment, de grillage et de sisal, ses grandes figures ocres, à taille humaine, dénudées et imparfaites dans leurs chairs imposent leur présence sans être monumentales. Cette mise à nu des corps comme des matériaux, laisse transparaître les chairs et nous interroge sur la fragilité de l'être et sur ses états d'âme.
Cette exposition sera également l'occasion de découvrir ses premiers dessins.

 

 

 

Posté par CACRF à 15:08 - Permalien [#]


jeudi 30 septembre 2010

Patrick GRABET

Du 7 octobre au 27 novembre 2010

La fin du monde est reportée à une date ultérieure

PATRICK_GRABET_AFFICHELa fin du monde est reportée à une date ultérieure. Voilà un titre d'exposition qui peut laisser perplexe. Faut-il y voir une bonne nouvelle ou s'alarmer du fait que si elle n'a pas eu lieu, elle reste à venir... ironie ou didactisme? Patrick Grabet brouille les pistes. Mais, si l'on y regarde de plus près, ses expositions sont le fruit de ses réflexions artistiques et sociales mais aussi, et c'est là une démarche particulière à son travail, de ses réflexions philosophiques. Or les philosophes, Hegel en tête n'ont-ils pas annoncé la fin de l'histoire? Et c'est bien d'histoire qu'il s'agit là, la grande comme la petite. Pour aborder un sujet si vaste, Patrick Grabet ne se limite pas à questionner la place de l'image dans la société, il s'interroge également sur la mémoire et l'identité, jouant tantôt avec la mémoire collective,celle qui fait l'Histoire et tantôt avec la mémoire personnelle, celle de la petite histoire.

Dans l'exposition qu'il met en place au Centre d'Art Contemporain Raymond Farbos et qu'il présente comme une installation, on peut distinguer deux sortes d'images : celles que l'on reçoit (diffusées par les médias et qui sont retravaillées par l'artiste) et celles que l'artiste crée et qui touchent à son individualité. En juxtaposant les unes et les autres au sein d'un même espace, il nous interroge sur les interférences que les unes peuvent avoir par rapport aux autres et sur la place qu'elles occupent dans la construction identitaire de chacun. C'est aussi la question de ce qui façonne l'individu qui est en jeu à travers son travail.


Posté par CACRF à 11:24 - Permalien [#]

mercredi 19 mai 2010

ERRO

Du 22 mai au 18 septembre

Exposition de peinture

Le centre d'art contemporain Raymond Farbos accueille du 22 mai au 18 septembre 2010 une soixantaine d'oeuvres d' ERRÓ.

On pourra ainsi découvrir la série complète des femmes fatales ainsi que quelques unes de ses aquarelles et peintures présentant l'ensemble de son travail.

L'oeuvre d'Erró […] montre le développement d'un langage pictural souverain et irrémédiablement hédoniste, dans lequel l'artiste présente un résumé presque encyclopédique de ses œuvres antérieures qu'il complète avec des bandes dessinées et des dessins animés, mais aussi avec des dessins faits sur ordinateur et des manipulations sur écran. Les formats de ces œuvres atteignent parfois des dimensions gigantesques; les figures bien connues d'hommes et de femmes, ironisant le cliché héroïque de Superman, représentent une version apocalyptique de la société postmoderne de cette fin de siècle. Dans ce contexte, les vraies émotions sont réduites aux pseudo-sentiments ridicules, kitsch et dégénérés qui pervertissent l'action, la vraie dramatique esthétique, la confrontation conflictuelle et la lutte pour un changement de ce monde en une misérable pseudo-activité hollywoodienne. Ce monde haut en couleur, d'apparence si attractif et dynamique, se dévoile par ses propres clichés. Le regardeur se sent à la fois voyeur et complice d'un processus de manipulation qu'il ne peut contrôler.”

Extrait du catalogue «Erró, Von Mao bis Madonna », Palais Liechtenstein, 14 juin – 8 septembre 1996.

 

Image

 

Posté par CACRF à 12:20 - Permalien [#]

jeudi 15 avril 2010

Maarten STUER

Du 16 avril au 16 mai

Exposition de sculptures

 

carte_copy

Maarten Stuer vit et travaille à Caupenne d'Armagnac.

Né à Anvers, en terre flamande, il suit les cours de l’école des Beaux-Arts de sa ville où il se spécialise dans les arts graphiques, le dessin, la lithographie.

 

Au début des années 90, il s’installe à Barcelone pour parfaire sa formation et découvre sur les rivages de la Méditerranée, comme bien d'autres artistes du Nord avant lui, les contrastes tranchés de l'ombre et de la lumière. il y apprend aussi le travail de la terre.

 

En 1995,Maarten Stuer décide de vivre dans ce Gers où il a passé une grande partie de ses vacances et où vivent ses parents.

 

 

Depuis qu’il a installé son atelier à la campagne, à Caupenne d’Armagnac, l’artiste a abandonné le plâtre et les boîtes, métaphores de l’expérience  de l’espace urbain, pour la terre. Ce matériau s’est imposé à lui ; il lui permet de traduire le contact perpétuel qu’il entretient avec la nature. Papillons, livres ouverts, barques et lunes, autant de noms de codes qu’il donne à ses œuvres atemporelles pour guider le spectateur. Il ne s’agit pas vraiment de titres mais d’une classification des différentes espèces qui naissent sous les doigts experts de Maarten Stuer.

 

Au contact de la nature, face au paysage de vallons et de prairies qui s'étend devant sa maison, Maarten se consacre désormais à l'argile et au modelage. Peu à peu, il en découvre les potentialités, en invente les usages, fabrique les outils qui sont nécessaires aux techniques qu'il met en œuvre.

 

"Les processus naturels m'inspirent et me passionnent", confie le plasticien belge installé dans le Gers. Ici, il n'est pas question de faire oeuvre, de se différentier. "Je cherche au contraire une appartenance", explique-t-il. Toutes les pièces sont conçues pour pouvoir être installées dans des environnements naturels. Le matériau est une argile très résistante. Maarten Stuer y veille, n'hésitant pas à faire subir à la terre des chocs thermiques répétés pour s'assurer de sa résistance au gel. Travaillée en feuille, la forme est souvent perforée. "Les trous visent à rendre les sculptures un peu immatérielles. A l'image de cette vie naturelle qui est quelque chose de très tangible, et en même temps fugace".

 

Posté par CACRF à 16:40 - Permalien [#]

mardi 26 janvier 2010

Joël CRESPIN

 

Du 29 janvier au 27 mars 2010

Exposition de peinture

 

L_amazonie

 

A propos du travail de Joël Crespin...

 

" L'être idéal est un ange dévasté par l"humour " , disait Cioran. Avec leurs grands yeux noirs écarquillés et leurs nez gonflés de boudin mou comme pour mieux renifler des odeurs de fausse sainteté, avec leur air de clown triste et leurs couleurs bariolées, les personnages de la vie fantasque de Crespin ressemblent à des séraphins aux ailes coupées, tombés à la fin d'une fête ratée. ..... Un embrouillamini de rayures, carreaux, petits pois empruntés aux tissus qu'il affectionne et des étoiles à la Miro , se pressent dans ses historiettes venues tout droit des contines enfantines ou des succès de Montand. Sur les murs de l'atelier graffité au cours des nuits de fièvre et d'acharnement, Un clin d'œil à Breton : " moucher la vache dans l"œil ". Anne Kerner .....Le théâtral l'emporte sur le pictural : tentative de ification : un certain expressionnisme populaire. Pour Joël Crespin, " le modèle doit avoir un geste scénique ". Le spectateur, malgré lui est pris à partie ; il s'improvise acteur ; nous sommes proches de la Commedia dell'arte.

Alexia Guggemos

Posté par CACRF à 14:23 - Permalien [#]

mardi 17 novembre 2009

Petit marché de l'art contemporain

Chaque année, le centre d’art propose au public un « Petit marché de l'art contemporain» où sont exposées des œuvres de petit format : peintures, sculptures, céramiques, gravures mais aussi livres d’art, affiches…

Cette petite fête sur les 3 jours du premier week-end de décembre rencontre chaque année un plus grand succès. Elle permet de rencontrer les artistes, parler avec eux de leur travail, mais aussi d’acquérir directement auprès d’eux des œuvres dont le prix, compte tenu des formats, est tout à fait abordable. C’est une bonne occasion de faire plaisir à ses proches ou à soi-même !

Plus de 30 artistes sont présents offrant à notre regard, par leurs différences, un éventail large d’oeuvres.

L’entrée est libre.



Posté par CACRF à 21:12 - Permalien [#]